ADIEU MUSEE GREVIN de la PROVENCE

CHUTE D’UNE MEMOIRE CULTURELLE de 27 SIECLES.


Si notre passion s’attache principalement à la culture mistralienne et félibréenne, nous ne sommes pas indifférents, loin de là, à l’ensemble de la culture de notre belle Provence et portons grand intérêt à tous les lieux qui la protège.

 

A une époque pas si lointaine, Salon de Provence avait six musées, dont deux privés :

 

le musée de Salon et de la Crau, (archéologie locale, ethnographie, iconographie sur Salon et sa région, peinture provençale, histoire naturelle) logé depuis 1975 dans l’ancien Pavillon Imbert, superbe demeure de deux étages du XIXème posé au coeur d’un paisible parc arboré. Ce musée fut fermé en 2001 pour faire place alors aux bureaux administratifs du syndicat inter communal Berre-Salon-Durance. Dans l'attente de sa réouverture complète une salle présentant la totalité du legs du peintre Théodore Jourdan a été ouverte dans le château de l'Emperi en 2008.


Musée de L’Empéri, une des plus belles collections d'art et d'histoire militaire au monde, riche de dix mille objets, réunis par Raoul et Jean Brunon, acquise par l'Etat en 1967 et présentée depuis 1976.

 

Le petit musée Nostradamus (privé) fermé après le décés accidentel de son propriétaire,

 

Le musée de la savonnerie Marius Fabre (privé).

 

La maison musée Nostradamus, musée municipal créé en 1992 et,

 

le musée Grévin de la Provence, moins fantaisiste et people que son aîné parisien. Depuis le 3 juillet 1992, le Musée Grévin, habité par 56 effigies de cire, dédie sa prestigieuse enseigne à l'histoire et aux légendes de Provence, de l'antiquité à nos jours. De l'invasion romaine à la cour du Roi René, des travaux d'irrigation de l'ingénieur hydraulicien Adam de Craponne au Maître de Maillane et du Félibrige, Frédéric Mistral, jusqu'au cinéma de Marcel Pagnol, ce voyage dans le temps, long de 27 siècles, s'accompagne de nombreux effets spéciaux comme le souffle du mistral et le chant des cigales, avec un thème omniprésent : « la femme et l'eau »,  les deux sources de fécondité (femme de légende comme la Princesse Gyptis ou femme de coeur comme Sainte-Marthe dans l'épopée Chrétienne, femme de pouvoir comme la Reine Jeanne dans ses complots dynastiques…)

 

Mais, pour cause de trop faible fréquentation et par conséquences, de viles raisons financières, le musée Grévin de la Provence a définitivement fermé ses portes le 31 mars 2015 dans une silencieuse indifférence médiatique qui ne laisse qu'amertume.

 

Oui, nous sommes amers d'un tel abandon culturel, d'autant plus que le musée Grévin de la Provence a reçu notre Conservatoire Documentaire & Culturel Frédéric MISTRAL en : 2000, 2004, 2005, 2006, 2009 et 2010 pour des expositions avec visites commentées, des conférences sur des thèmes mistraliens dans le cadre de journées du patrimoine, des commémorations anniversaires et lors de la Santo Estello de 2009 à laquelle notre exposition “Mireille du poème à l’éternité” a reçu le label du Félibrige

 

Le lieu gardera - peut-être - sa dimension culturelle en accueillant expositions, conférences et ateliers, mais il est trop tôt pour ... l'écrire ...

 

Les purs gardiens de la mémoire sont-ils en danger ?

 

DERNIER ACTE

 

Deux ans après la fermeture du musée au public, les effigies de cire vont être dispersées par le biais d'une vente aux enchères le mardi 17 octobre 2017 à partir de 14h30.

Il sera donc possible d'acquérir Protis, Fernandel, Ste Sara, J.C. Gaudin, Mireille Mathieu, Pétrarque, A. Daudet, le roi René, F. Mistral etc...

À propos de l'effigie de Frédéric Mistral, son futur acquéreur aura à cœur de reprendre de A à Z la fantaisiste tenue vestimentaire du poète. Elle n'a rien "d'historique" et de fiable, pas plus que l'horrible chapeau dont il a été affublé. (A toute chose, malheur est bon).

Pour comble d'ironie, c'est dans l'enceinte même de feu musée que la vacation aura lieu.

17-08-2017

 

O O O O

O O O

 



Réagir


CAPTCHA