EX-LIBRIS de Frédéric MISTRAL

Il n’est pas rare qu’un bibliophile personnalise sa collection d’ouvrages en collant sur le contreplat (intérieur de la couverture), ou sur la page de garde, une gravure personnalisée dite : ex-libris, du latin ex libris meis, signifiant «faisant partie de mes livres». Le principal élément en est généralement un dessin allégorique ou symbolique, ou encore un blason. On peut aussi y trouver le nom ou les initiales du propriétaire, ainsi que sa devise ou une citation qui lui est chère. Parfois, le dessin s’enrichit de la signature de son auteur.
Il semble que l’ex-libris prit naissance en Allemagne au XVIème siècle, par des marques de bibliothèques dessinées, gravées, signées et datées par des artistes en renom. Il s’en trouve de la même époque en italien mais pas en français. L'usage ensuite se généralisa.
Ces dessins ou gravures, d’une grande qualité artistique, retiennent des collectionneurs (ex-libristes), dont l’engouement se tourne de préférence vers les ex-libris anciens ou réalisés par des illustrateurs réputés ou ceux destinés à d’éminentes personnalités. Pour quelques euros, on trouve des ex-libris du XVIIIème ou XIXème siècle ou plus contemporains, tant dans le graphisme que dans le thème.

QUELQUES EX-LIBRIS DE PERSONNALITÉS

          

                   le peintre Millet         Les frères Goncourt           A. Mucha          Victor Hugo

 

Ce préambule étant, voyons l’ex-libris prétexte à ces lignes.


Il s’agit de celui de Frédéric Mistral, un petit chef-d’œuvre pictural symbolisant parfaitement le poète.
Le talentueux auteur de l‘ex-libris mistralien s’appelle Joaquim y Garcia Renart, dessinateur, graveur, peintre et décorateur catalan. Né en 1879 à Barcelone où il décéda en 1961, son origine explique pourquoi Vincent est coiffé de la barretina catalane. Son père, Dionisio i Bosch Renart, peintre et doreur, l’accueille dans son atelier pour commencer sa carrière. Son frère aîné, Denis i Garcia Renart (1878-1946), fut un remarquable sculpteur.

Représentant du symbolisme en Catalogne, Joaquim Renart est l’auteur de bon nombre d’ex-libris dont il fit une spécialité, principalement pour ses compatriotes catalans. Certaines de ses créations sont numérotées après sa signature. Un recueil, sous le titre : Les ex-libris de Renart, a été édité par Oliva de Vilanova, 1907, présentant 52 ex-libris en couleur.

EX-LIBRIS RÉALISÉS ET SIGNÉS : J. RENART

     

EX-LIBRIS de J. RENART par lui-même

L’artiste, avait 28/29 ans lorsqu’il réalisa l’ex-libris de Frédéric Mistral. Malgré son jeune âge, Joaquim Renart fait preuve d’une grande qualité de composition, de justesse d’expression, d’une parfaite maîtrise du dessin et de la gravure. Outre son excellence artistique, l’illustrateur démontre aussi sa belle connaissance du poète et de son œuvre. On remarquera que la signature est suivie du numéro 50. Etait-ce le 50ème ex-libris de Joachim Renart ?


La fidèle description de cet ex-libris, fut publiée dans l’hebdomadaire Le Provençal de Paris, n° 98 du dimanche 15 novembre 1908, organe des originaires et des habitants du Midi, article titré : ANNALES DE LA GLOIRE - ex-libris de Frédéric Mistral,  signé : Guy de Canolle.

Chez F. Mistral - 1906.

de G. à D. :  Marie de Ferry, de son nom de plume : Marie de Sormiou,

Frédéric Mistral, Mme Mistral, Guy de Canolle.

L’ex-libris mistralien repose sur une gloire de rayons de soleil. Il est formé du blason félibréen du maître : d’azur, à la cigale d’or, en chef, et des armes parlantes de la ville d’Arles, en pointe : d’azur au loin assis d’or, tenant de la dextre un labarum du même, portant pour légende un P et un X entrelacés.

Ornementé de chaque côté d’une branche de roses, l’écu est coupé d’une fasce d’argent chargé du mot FREDERI MISTRAL. Un ruban, portant en cimier la fameuse devise provençale donnée à Mistral par le prince William Bonaparte-Wyze : Lou soulèu me fai canta, forme un délicat encadrement.
Au-dessous du double blason, dans l’entrelacement du ruban, deux figures allégoriques :
Vincent et Mireille amoureusement enlacés. Un chien, peut-être le fidèle et légendaire Pan Perdu, assiste au « calignage » des deux amoureux qui personnifient ici la Provence et la Catalogne, étroitement unies dans la même pensée et dans le même amour. L’ornementation se termine par une harmonieuse guirlande de fleurs et de fruits supportant un cartabèu, livre d’or des chefs-d’œuvre du grand poète.

La reproduction de l’ex-libris, fut présentée en 1912, dans l’ouvrage de Jules Charles-Roux : Le Jubilé de Frédéric Mistral, Cinquantenaire de Mireille, Arles 29-30-31 mai 1909,  Bloud et Cie Paris.

 

Références :

- POULET-MALASSIS, Auguste (1825-1878).- Les ex-libris français depuis leur origine jusqu'à nos jours.- Nouvelle édition, revue, très augmentée et ornée de vingt-quatre planches. - Paris : P. Rouquette, 1875.- VIII-79 p.+ [1] p.-24 f. de pl. sous chemise ; 27 cm.
- http://ex-libris-argentina.blogspot.fr
- Els exlibris Renart. Aplech de dibuixos per Joaquim Renart García ab comentaris de Víctor Oliva. Traduits del francés per Mironnet Dubosc, al alemany per Elsa Baesecke, y ab un pròlech de Fréderic Raisin

Le 14-05-2016

O  O

O



Réagir


CAPTCHA