DISCOURS DU CAPOULIÉ

Discours de la Coupe

La Roquebrou (Cantal)

Lundi 25 mai 2015

 

La version française du discours

est placée à la suite de la version provençale.

 

 

Gènto Rèino, Car Felibre,

Vint-e-dous an après Vic en Carladés, la Coupo revèn en Auvergno. Es dounc pas sènso emoucioun que tenèn nosto assemblado de Santo-Estello 2015 dins aquelo Mantenènço qu’à la seguido di troubadour cantalés, a vist naisse tant d’ome meritous la fe felibrenco cavihado au cor. D’ome qu’an segui li visto reviscoularello d’Arsèni Vermenouze, un di grand disciple de Mistral.
- Proumòure la grandour de la patrìo pèr la respelido, pèr lou nouvelun de la vido terradourenco e faire tripet pelòri pèr aquelo d’aqui dins l’eisèmple vivènt d’uno Auvergno idealo, fiero de sa lengo e de sis us, qu’aubourè tant pouderousamen lou Felibrige souto l’envanc de si primadié, tau èro lou sèns de la vido d’Arsèni Vermenouze.
- Arsèni Vermenouze a adu à la reneissènço miejournalo, l’ilustracioun preclaro e magnifico de fidelita, d’estacamen e d’espandido de la pensado mistralenco, de l’idèio felibrenco.
- Sian vuei pèr pesca au sourgènt de l’èime patriau de Vermenouze o de Michalias, la voio que nous fai tant besoun, aquelo voio qu’antan e dins si piado fasié aparèisse, sus la terro d’Auvergno, touto uno flourido d’escrivan : noumaren dintre éli, li, Bancharel, Cardou, Laussin, Lommergues, Marcenac, Desbrons, Pagès, Prax emai encaro demié bèn d’autre, Four e Chanet qu’avèn ounoura divèndre.
- Nòsti pensado recouneissènto, vuei, s’enauron de-vers éli. Mai s’enauron evidentamen de-vers aquéu qu’à la seguido d’éli, tres quart de siècle de tèms a incarna l’Auvergno felibrenco (coume disié), lou regreta Majourau Jan Fay.
- Lou Majourau Jan Fay, fuguè un moudèle d’envestimen, de labòri, de devouamen plenié à la grando Causo d’o que vuei sèmpre mostro la rego. Tóuti, tant que sian sus aquelo terro d’o, ié devèn deferènci e recouneissènço.
- Soun engajamen felibren fuguè uno voucacioun de jouinesso, uno voucacioun coume soun raro, e coume voudrian n’en vèire mai. Au moumen d’auboura la Coupo, se souvenèn, à tóuti li Santo-Estello, de si brinde enfiouca que n’en jisclavon touto sa fogo e sis espèr. Lis avèn, si paraulo, sèmpre à l’auriho e jamai lis óublidaren.
- Avèn de perpensa, de se servi dis àuti leiçoun que nous laisso, de soun acioun emai de soun obro counsiderablo.
- Li felibre pièi óublidon pas que lou Majourau Jan Fay a douna uno Rèino au Felibrige, la gènto Rèino Mirèio chausido pèr Jan-Pèire Tennevin qu’ai l’ur, vuei, d’agué moun coustat.
- Desóublidarai pas tampau d’espremi ounour e record fidèu à la memòri dis àutri majourau d’Auvergno : Fèlis de La Salle de Rochemaure (1909), Louis Delhostal (1924), Benezet Vidal (1925), Louis Debrons (1938) Pèire-Celestin Delrieu (1982), Clemènt Besombes (1994).
- Saludarai encaro aquéli qu’an vuei dins si man l’astrado de l’Auvergno felibrenco, lou Majourau Nadau Lafon e lou Sendi Michèu Bonnet e l’ensèn di mantenèire.
- Uno astrado que pèr èstre endraiado à noste biais a besoun de l’engajamen founs di felibre, mai a besoun tambèn de l’adesioun dóu pople, a besoun parieramen de la voulounta d’aquéli qu’elegissèn e que tènon entre si man li decisioun e lou destin de nòstis encountrado, de nòsti regioun, de noste païs tout entié.
- Davans lou cros dóu Mèstre, lou 25 de mars passa me fasiéu justamen de questioun sus l’atitudo post centenàri dis elegi :
- D’elegi à mouloun (municipau, regiounau, despartamentau emai deputa), an recouneigu li qualita, la prefoundeta, lou verai dóu message de Frederi Mistral. Posque aqueste ressentimen se persegui e passa lis an longo-mai. Vèire la fidelita que nous fai bèu lume, envesti tóuti li qu’an manifesta l’an passa un envanc mistralen, sarié la mai bello de nòstis esperanço. Mai quant saran li que dins sis ativeta journadiero auran lou reflèisse, l’idèio naturalo de se referi à la filousoufìo mistralenco ?
- E pamens… aurien, nòstis edile, de s’avisa, de s’ispira, de metre en pratico li sàni valour enaurado pèr Frederi Mistral. Li visto geniouso de Frederi Mistral respondon talamen is interrougacioun de la vido vidanto, de la soucieta. Mai, metre en pratico sa dóutrino demando de refuta li ligno counvenciounalo de la poulitico, estènt que sarié ana d’à rebous, ana au contro de la vesioun jacoubino que meno la Franço.
- Ansin, après tant de bèllis intencioun, espremido l’an passa, pouden-ti espera que lis elegi faguèsson siéuno e meteguèsson en pratico li principe mistralen ?
- La responso, à quàuqui bèn ràris eicepcioun, malurousamen, laisso ges de doute sus l’indiferènci e lou mesprés, coumpourtamen seculàri dis elegi e di gènt de gouvèr. Dóu cop, legitimamen acò eigrejo uno questioun : lou sentimen de dignita, se pòu-ti recounquista ? Causo evidènto, li particularita terradourenco interèsson pas. Miés encaro nous counsidèron nega dins la masso, assimila (coume dison), ineisistènt.

Óublidon que sian testard ! Tant qu’auren un brout de voio levaren la tèsto e cridaren nosto apartenènci i terro dóu Miejour. Eh ! bèn, nàni ! despièi Aubagno,
- Jusqu’au Velai, fin-qu’au Medò,
- La gardaren riboun-ribagno,
- Nosto rebello lengo d’O !
- Avèn meme pas nosto plaço dins ço qu’apellon la diversita. Mai, poudèn-ti nous senti coume partido de la diversita ? Nautre que sian l’essènci memo de la nacioun. Es-ti qu’un jour voudran bèn s’avisa qu’es funèste de s’óupila à escafa li grano proumierenco qu’an d’à cha pau counstituï la Franço, qu’an coungreia lou grand e bèu païs qu’a vist raia noste sang. La Franço, despièi la mounarchìo, aurié-ti si prouteiciouna ? Se doutan de si sempitèrni prejujat, sabèn sis intencioun de malan.
- Nous faudrié resigna à pas leva lou dèt sènso l’autourisacioun de Paris, à se faire mastrouia li cervello, à dire sebo, à mespresa li rèire, à se faire derraba lou lengage. Noun, lengo d’amour, tant que lou mistrau ferouge bramara dins li roco, aurouge, t’apararen à boulet rouge, car es tu la patrìo e la liberta !

Voulèn pas crèire, se pòu pas pensa que la creacioun, la boulegadisso artistico e culturalo passe unicamen pèr Paris. Es pu supourtable d’èstre estoufa dins nòsti gèno e nosto gèsto, d’èstre asservi pèr li journau, la radio e la televisioun.
- Entènde encaro lou Majourau Jan Monestier clama : « Fau de la voulounta e de courage pèr faire leva lou soulèu pèr tóuti ». « À cadun sa part pèr viéure dins la dignita emé lou respèt di dre mourau, ecounoumi, souciau e culturau de tóuti lis ome : veici nosto esperanço pèr la soucieta de deman ! ». Vot pious, car felibre, pèr recounquista lou sentimen de dignita.
- Tout sarié perdu, tout sarié acaba s’avian pas dins nòsti man lou message mistralen, l’obro de Frederi Mistral qu’es lou pur sourgènt de noste enavans e de nòstis espèr. L’engèni mistralen nous baio la certitudo que lou mounde es clafi de felibre que s’ignoron. Li gènt, lou sabèn, dins uno majourita mai-que-mai counsequènto, amon l’istòri de l’endré ounte rèston, amon soun terraire e an de counsideracioun pèr la lengo que se ié parlo e se ié parlavo antan au quoutidian. Nous li fau destrauca, nous li fau adraia. Aurian gaire de peno, em’un pau de voulounta e d’ourganisacioun de batre lou rampèu, d’ana au rescontre dis estajan, d’esplica. I’a de-segur d’ome e de femo, de coumuno e de maire (n’avèn deja quàuquis un), capable de douna cors, tourna-mai, a de roudelet felibren lèst a revendica e à teni la plaço que nous es degudo. Vuei, car Felibre, avans que de pensa reviéudanço faudrié parla de subre-vivènço. Dins un meme envanc de cor e de pensado nous fau s’acertana que i’a encaro un pople d’o arderous.
- À la Santo-Estello d’Auriha en 1951 nòsti predecessour se rejouïssien de la lèi Deixonne que venié de creba l’iòu, vuei, alor que l’an passa la lèi d’óurientacioun e de refoundacioun de l’Escolo de la Republico leissavo entre-vèire de visto encourajanto, sian soucitous davans la reformo di coulège que s’anóuncio. Lou coumbat sèmpre recoumenço, mai sian testard !
- En 1951 à Auriha lou Capoulié Frederi Mistral nebout disié : « Nòstis enemi de l’ouro li vesèn pas ; soun dins li burèu o sis escoundaio, mai soun dangeirous antant que li sóudard susprenènt lou camp au repaus ». Alor pople valènt, felibre ardènt, tenen targo. Agués sèmpre que mai forto la fe vivènto dins nosto Causo felibrenco. Sian pancaro vincu ni à rougi de nosto istòri, de nosto naturo, de nosto lengo.
- Demandan pas mai que noste degut, un pau de counsideracioun e de respèt.
- Que li catau d’eilamount entèndon nòstis aspiracioun, qu’aprengon Mistral, éu que sabié l’equilibre à douna i regioun, éu que sabié l’impourtanço de l’estrucioun e de la couneissènço, éu que sabié lou pes e lou tresor di civilisacioun.
- Mistral, encaro en 2015, a de faire lume fàci à l’aplanage de malastre que nous fai veni lou regoulige, aquel aplanage que nous impauson sèmpre que mai fin qu’à noste sadou.
- Pèr faire bàrri au laidun e au mesprés, car felibre, se devèn estregne dins la lengo e dins l’èime nostre emé la fermo voulounta de vèire un jour sourgenta mai de simpatìo e de counsideracioun, de vèire restituï l’ounour e li dre que nous dèvon.

Auboure la Coupo en l’ounour de l’Auvergno, à sa Cabreto pèr que longo-mai porte liuen li resson de si letro e de sis èr.
- Auboure la Coupo trelusènto d’espèr en l’ounour di felibre nouvelàri que garantisson la vido avenidouiro dóu Felibrige.
- Auboure la Coupo i felibre, tóuti tant que sian que sabèn, coume li jouine, lou secrèt e que fasèn que noun s’arrouine lou mounumen escrèt.
- En largant aut e fort que la paciènci es lou cepoun de la sapiènci, beve, car Felibre, au triounfle de l’Idèio.

Jaque MOUTTET

Capoulié dóu Felibrige

 

Le Capoulié Jacque MOUTTET présentant la Coupo.

Phot. Gilles DESECOT - 2015

 

Gente Reine, Chers Félibres,

Vingt-deux ans après Vic en Carladès, la Coupe revient en Auvergne. Ce n’est donc pas sans émotion que nous tenons notre assemblée de Sainte-Estelle 2015 dans cette Maintenance qui à la suite des troubadours cantalais, a vu naître tant d’hommes méritants, la foi félibréenne rivée au cœur. Des hommes qui ont suivi les vues ranimatrices d’Arsène Vermenouze, un des grands disciples de Mistral.
- Promouvoir la grandeur de la Patrie par la renaissance, par le renouveau de la vie du terroir et faire diable à quatre pour celle-ci dans l’exemple vivant d’une Auvergne idéale, fière de sa langue et des ses usages, qu’éleva si bellement le Félibrige avec l’élan de ses premiers maîtres, tel était le sens de la vie de Vermenouze.
- Arsène Vermenouze a apporté à la renaissance méridionale, l’illustration brillante et magnifique de fidelité, d’attachement et de développement de la pensée mistralienne, de l’Idée félibréenne.
- Nous sommes aujourd’hui à pêcher à la source de l’esprit patriotique de Vermenouze ou de Michalias, l’énergie qui nous fait tant besoin, cette énergie qui autrefois et à leur suite faisait apparaître, sur la terre d’Auvergne, tout un bouquet d’écrivains : parmi eux nous citerons : Bancharel, Cardou, Laussin, Lommergues, Marcenac, Desbrons, Pagès, Prax et également parmi de nombreux autres, Four et Chanet que nous avons honorés vendredi.
- Nos pensées reconnaissantes, aujourd’hui, s’élèvent vers eux. Mais s’élèvent évidemment vers celui qui à leur suite, pendant trois-quart de siècle a incarné l’Auvergne félibréenne (comme il disait), le regretté Majoral Jean Fay.
- Le Majoral Jean Fay, fut un modèle d’investissement, de labeur, de dévouement entier à la grande Cause d’Oc qui aujourd’hui montre toujours la voie. Tous, tant que nous sommes sur cette terre d’Oc, nous lui devons déférence et reconnaissance.
- Son engagement félibréen fut une vocation de jeunesse, une vocation comme il y en a peu, et comme nous voudrions en voir davantage. Au moment d’élever la Coupe, on se souvient, à toutes les Santo-Estello, de ses « saluts » enflammés d’où jaillissaient toute sa fougue et ses espoirs. Ses paroles, nous les avons toujours à l’oreille et nous ne les oublierons jamais.
- Nous devons réfléchir, nous servir des hautes leçons qu’il nous laisse, de son action et aussi de son œuvre considérable.
- Les Félibres, de plus, n’oublient pas que le Majoral Jean Fay a donné une reine au Félibrige, la gente Reine Mireille choisie par Jean-Pierre Tennevin que j’ai l’honneur d’avoir à mes côtés. Je n’oublierai pas non plus d’exprimer honneur et souvenir fidèle à la mémoire des autres Majoraux d’Auvergne : Felix de La Salle de Rochemaure (1909), Louis Delhostal (1924), Benezet Vidal (1925), Louis Debrons (1938) Pierre-Celestin Delrieu (1982), Clément Besombes (1994).
- Je saluerai encore ceux qui ont aujourd’hui dans leurs mains la destinée de l’Auvergne félibréenne, le Majoral Noël Lafon, le Syndic Michel Bonnet et l’ensemble des Mainteneurs.
- Une destinée qui pour être atteinte à notre façon a besoin de l’engagement profond des Félibres, mais qui a besoin aussi de l’adhésion du peuple, a besoin pareillement de la volonté de ceux que nous élisons et qui tiennent entre leurs mains les décisions et le destin de nos contrées, de nos régions, de notre pays tout entier.
- Devant le tombeau du Maître, le 25 mars dernier, justement je m’interrogeais sur l’attitude post centenaire des élus : Des élus en quantité (municipaux, régionaux, départementementaux et aussi députés), ont reconnu les qualités, la profondeur, le vrai du message de Frédéric Mistral. Puisse ce ressenti se poursuivre et passer les ans pendant très longtemps. Voir la fidélité qui nous éclaire si bien investir tous ceux qui ont manifesté l’an dernier un élan mistralien, serait la plus belle de nos espérances. Mais combien seront ceux qui dans leurs activités quotidiennes auront le réflexe, l’idée naturelle de se référer à la philosophie mistralienne ?
- Et pourtant … ils devraient, nos édiles, se rendre compte, s’inspirer, mettre en pratique les saines valeurs mises en lumière par Frédéric Mistral. Les vues géniales de Frédéric Mistral répondent si bien aux interrogations de la vie quotidienne, de la société. Mais, mettre en pratique sa doctrine demande de réfuter les lignes conventionnelles de la politique, vu que ce serait aller en sens inverse, aller contre la vision jacobine qui conduit la France.
- Ainsi, après de si belles intentions, exprimées l’an dernier, pouvons-nous espérer que les élus fassent leurs ? et mettent en pratique les principes mistraliens ?
- La réponse à quelques bien rares exceptions, malheureusement ne laisse guère de doutes sur l’indifférence et le mépris, comportements séculaires des élus et des gouvernants. Dès lors, légitimement ceci soulève une question : le sentiment de dignité, peut-il être reconquis ? Fait évident, les particularités régionales n’intéressent pas. Plus encore on nous considère noyés dans la masse, assimilés ((selon une formule souvent employée), inexistants. Ils oublient que nous sommes têtus ! Tant que nous aurons un brin d’énergie nous lèverons la tête et crierons notre appartenance aux Terres du Midi. « Eh bien ! non ! depuis Aubagne / jusqu’au Velay, jusqu’au Médoc / Nous la garderons de toutes les façons / Notre rebelle Langue d’oc ! »
- Nous n’avons même pas notre place dans ce qu’on nomme la diversité. Mais, pouvons-nous nous considérer comme partie de la diversité ? Nous qui sommes l’essence même de la Nation. Est-ce qu’un jour ils voudront bien se rendre compte qu’il est funeste de s’acharner à supprimer les graines originelles qui petit à petit ont modelé la France, qui ont formé le grand et beau pays qui a vu couler notre sang. La France, depuis la monarchie, aurait-elle ses protégés ? On se doute de ses sempiternels préjugés, nous connaissons ses intentions de disgrâce.
- Devrions-nous nous résigner à ne pas lever le doigt sans l’autorisation de Paris, à nous faire patiner le cerveau, à s’avouer vaincu, à mépriser les anciens, à nous faire arracher la Langue. « Non, langue d’amour, tant que le Mistral farouche hurlera dans les rochers, terrible, nous te défendrons à boulets rouges, car c’est toi la Patrie et toi la Liberté ».
- Nous ne voulons pas croire, on ne peut pas penser, que la création, le bouillonnement artistique et culturel passe uniquement par Paris. Ce n’est plus supportable d’être étouffé dans nos gènes et notre geste, d’être asservi par les journaux, la radio, la télévision.
- J’entends encore le Majoral Jean Monestier clamer : « Il faut de la volonté et du courage pour faire se lever le soleil pour tous ». « A chacun sa part pour vivre dans la dignité avec le respect des droits moraux, économiques, sociaux et culturels de tous les hommes : voici notre espérance pour la société de demain ! » Vœu pieux, chers félibres, pour reconquérir le sentiment de dignité.
- Tout serait perdu, tout serait achevé si nous n’avions pas dans nos mains le message mistralien, l’œuvre de Frédéric Mistral qui est la source pure de nos élans et de nos espoirs. Le génie mistralien nous donne la certitude que le monde est tout plein de félibres qui s’ignorent. Les gens, nous le savons, dans une très grande majorité, aiment l’Histoire du lieu où ils résident, ils aiment leur terroir et ont de la considération pour la langue qu’on y parle ou qui s’y parlait auparavant quotidiennement … Nous devons les découvrir, nous devons leur montrer le chemin. Nous n’aurions guère de mal, avec un peu de volonté et d’organisation pour battre le rappel, aller à la rencontre des habitants, expliquer. Il y a certainement des hommes et des femmes, des municipalités et des Maires (nous en avons déjà quelques uns) capables de donner corps, à nouveau, à des associations félibréennes prêtes à revendiquer et à occuper la place qui nous est due. Aujourd’hui, chers Félibres, avant de penser renaissance il faudrait parler de survie.
- A la Santo-Estello d’Aurillac en 1951, nos prédécesseurs se réjouissaient de la loi Deixonne qui venait de paraître, aujourd’hui, alors que l’an dernier la loi d’orientation et de refondation de l’Ecole de la République laissait entrevoir des possibilités encourageantes, nous sommes soucieux devant la réforme des collèges qui s’annonce. Le combat recommence sans cesse, mais nous sommes têtus !
- En 1951, à Aurillac, le Capoulié Frédéric Mistral Neveu disait : « Nos ennemis actuels nous ne les voyons pas ; ils sont dans des bureaux ou dans leurs cachettes, mais ils sont aussi dangereux que des soldats surprenant le camp au repos » Alors peuple vaillant, félibres ardents, tenons tête. Ayez toujours plus forte la foi vivante dans notre Cause félibréenne. Nous ne sommes pas encore vaincus ni à rougir de notre Histoire, de notre nature, de notre Langue … Nous ne demandons pas plus que notre dû, un peu de considération et de respect. Que les hauts dignitaires de l’Etat, là-haut, entendent nos aspirations, qu’ils apprennent Mistral, lui qui savait l’équilibre à donner aux régions, lui qui savait l’importance de l’instruction et de la connaissance, lui qui savait le poids et le trésor des civilisations. Mistral, encore en 2015, doit nous éclairer face au nivellement de malheur qui nous donne des hauts-le-cœur, ce nivellement qu’on nous impose sans cesse jusqu’à nous en saouler.
- Pour faire rempart contre la laideur et le mépris, chers Félibres, nous devons nous étreindre dans notre langue et notre âme avec la ferme volonté de voir un jour apparaître plus de sympathie et de considération, de nous voir restituer l’honneur et les droits qu’on nous doit.

Je lève la Coupe en l’honneur de l’Auvergne, à sa Cabrette pour qu’elle porte loin et longtemps les échos de ses lettres et de ses airs.
- Je lève la Coupe rayonnante d’espoirs en l’honneur des nouveaux Félibres qui garantissent la vie future du Félibrige.
- Je lève la Coupe aux Félibres, tels que nous sommes, qui savons, comme les jeunes gens, le secret et qui faisons que le monument superbe ne s’écroule pas.
- En criant haut et fort que la patience est le fondement de la sagesse, je bois, chers Félibres, au triomphe de l’Idée.

Jacques MOUTTET

Capoulié du Félibrige

 

LA COUPO FELIBRENCO

Ph. DR

 

O O O

O O

O



Réagir


CAPTCHA