Frédéric Mistral, un profil de médaille.

De nombreuses médailles commémoratives ont vu jour après la mort de Mistral. Mais celles frappées du vivant du poète gardent à nos yeux plus d’intérêt. Ces médailles ou médaillons sont assez rares. Le muséon arlaten, le musée Frédéric Mistral de Maillane en protègent quelques originaux, souvent offerts au poète par l’artiste. Le hasard et la chance permettent au collectionneur de trouver des multiples, en bronze ou en argent, petites œuvres d’art aux signatures qui, en leur temps, avaient grande notoriété. Présentées dans l’ordre chronologique d’édition, voici quelques pièces de qualité.

 

Henri PONTIER(1842-1926), artiste aixois, laisse un médaillon d’un diamètre de 210 mm, façonné en bronze sur une face. L’exemplaire en notre possession porte à la base du cou du poète, tête nue, deux initiales et un chiffre : H P 1876. Un même médaillon décore un mur du bureau de Mistral, à Maillane.

 

Voici trois médailles contemporaines au poète :

- La première, d’une superbe exécution, signée Georges DUPRÉ (1869-1909), fut frappée en 1906, en bronze 65 x 55 mm forme dite “roman”. Sur l’avers : A Frederi Mistral ses amis ses admirateurs ; sur le revers : O santi Mario ...“ L’initiateur de ce bel hommage n’était autre que l’ami et mécène Angélo Mariani*. Cette médaille présente un avers en deux états : l’un, F. Mistral coiffé de son chapeau, l’autre, le poète est tête nue. Le revers de chaque état rend hommage à Mirèio. Les « originaux » sont au Muséon arlaten.

  

* Pour en savoir plus sur les liens d'amitié entre F. Mistral et A. Mariani, voir ce blog :

http://angelomariani.wordpress.com/2015/06/16/mariani-dec-1838-avril-1914-et-mistral-sep-1830-mars-1914-ou-quelques-elements-peu-connus-sur-leur-longue-relation-amicale-de-1890-a-1914/comment-page-1/#comment-6

 

- Les deux médailles suivantes, réalisées en 1909, commémorent le cinquantenaire de Mireille. L’une est en cuivre, non signée, d’un diamètre de 24 mm, avec le portrait du poète tête nue. Sur le revers se lit cette inscription en français : “Souvenir du cinquantenaire de MIREILLE,  29, 30, 31 Mai 1909 - ARLES”, sans nom du graveur.

 

  

- L’autre médaille, en aluminium, fut réalisée par MAUBÉ Fres. Il s’agit d’une médaille épinglette surmontée du blason de la ville d’Arles, offerte par les Grands Magasins des Nouvelles Galeries, portrait de Mistral chapeauté et, sur le revers, en provençal : “Souveni dóu cinquantenari de MIRÈIO 29, 30, 31 Mai 1909 - ARLES”.

  

 

o o

o

Pour le centenaire de la naissance du poète, on retiendra la médaille de René BAUDICHON (1878-1963), en 68 mm et 50 mm émise en bronze, en argent et, en 27 mm, en argent et en or massif, dont le revers honore le Félibrige. Il était proposé des breloques rehaussées d’une médaille de 15 mm, ainsi que des boutons de manchettes et des épingles à cravate en bronze patiné, bronze argenté, bronze doré, mais aussi en argent, en vermeil et en or.

 

  

 

Toujours en commémoration du centenaire de 1930, cette autre petite médaille de 28 mm, Mistral chapeauté, signée Paul BARGAS (XXe), dont le revers présente l’étoile à 7 rais du Félibrige.

 

Probablement de 1930 aussi, ce médaillon signé J.L. DOR, en bronze doré.

 

 

Superbe, cette médaille en bronze patine antique, non millésimée, de 79 mm, signée René GARDILLE (1889-1938) présentant F. Mistral tête nue.

 

 

Anie MOUROUX(1887-1978), en 1959, grava une médaille à l’image de Mistral chapeauté, frappée par la monnaie de Paris, pour commémorer le centenaire de Mireille. Le revers représente une cigale posée sur un blason cimé de rayons du soleil et entouré de branches d’olivier, avec la devise du poète : Lou soulèu me fai canta.

En commémoration du 150e anniversaire de la naissance de Mistral, en 1980, Jean-Emile RIBIERE (1945 -) qui, à cette époque, était le guide du musée Frédéric Mistral à Maillane, signa une nouvelle médaille, frappée par la monnaie de Paris. Dans une gravure moderne, l’artiste s’est inspiré du portrait de Mistral dessiné par Hebert en 1864. Sur le revers, il a reproduit le blason de Maillane et un pied d’iris en fleur séparés par la devise du village : Flourisson pèr Maiano li clavèu dóu Bon Dieu.

   

 

Voici deux curieuses médailles de commémorations sportives :

- l’une signée : J. ORTEGA en 1989, en bronze, 50 mm, émise par Drago Noisiel, “Pâques en Provence - FFCT - Maillane 1929-1989”

 

 

- cette autre, non signée, non datée, en bronze, 70 mm, légendée : De Daudet à Mistral, souvenir d’une randonnée par “Excelsior Club Marseille”, un club de cyclotouristes, membre de la F.F.CT, qui se trouvait 5 rue Sylvabelle.

 

 

Bien sûr, cette courte énumération n’est pas exhaustive. D’autres médailles ont été émises, à titre privé ou institutionnel, comme celles, signées R. REBATET et M.NUCCI et que depuis des décennies, le Conseil Général des Bouches-du-Rhône offre en récompenses - médailles ou porte-clés - dans diverses manifestations sportives et artistiques.

 

 

On ne peut occulter la délicate médaille de 2004, sous l'égide de la municipalité de Maillane en commémoration du “100ème anniversaire du prix Nobel de Littérature”, 75 mm, signée : F.I.A graveur.

 

 

La conclusion sera laissée au Félibrige qui, pour le centenaire de la mort de Frédéric Mistral a confié la frappe d’une médaille à la célèbre maison Arthus Bertrand.

Cette grande médaille de 68 mm avec tranche demi-jonc, tirage limité à 200 pièces, est faite en bronze massif florentin, d’un diamètre de 68 mm. Sa gravure a été confiée au niçois Pierre Lovy.     

 

Félibre G. B.

oooOooo



Réagir


CAPTCHA